Archives / Actualités

 

Du 24 Mai au 4 Juin Suivez en ligne le cours

d’Abhijit Banerjee et d’Esther Duflo

Plus d’informations ici

Opuscules du CEPREMAP :

 

COMMENT LUTTER CONTRE LA FRAUDE FISCALE ?

 Par :

 Nicolas Jacquemet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, PSE)

 Discutant :

 Hugo Mercier (CNRS, Institut Jean Nicod)

 VENDREDI 22 JANVIER 2021

 

 

 LA TRANSITION ENERGETIQUE : OBJECTIF ZEN

 Par :

 Fanny Henriet (PSE, CNRS)

 Katheline Schubert (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, PSE)

 Discutant :

 Marc Fleurbaey (PSE, CNRS)

 VENDREDI 29 JANVIER 2021

 

 

 Hommages à Emmanuel Farhi

 

 

Emmanuel Farhi, l’un des plus brillants économistes de sa génération, s’est éteint le 23 juillet 2020, à l’âge de 41 ans.
L’École normale supérieure est honorée d’accueillir dans ses pages, l’hommage de ses pairs et amis, à l’homme brillant et intègre qu’il était, inspiré par le bien commun. ICI

 

Esther Duflo, ENS, promo 1992, Nobel d’économie 2019
En savoir plus ici et ici

 

Professeur invité 2021/2022

Clément Imbert est professeur associé à l’Université de Warwick. Sa recherche porte sur l’économie du développement, du travail et l’économie publique. Ses projets actuels concernent la migration interne au Brésil, en Chine et en Inde. Il est affilié à l’Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab (J-PAL) et au Centre for Economic Policy Research (CEPR). Il a fait sa thèse à l’Ecole d’Economie de Paris en 2012.

Chercheur invité au département d’économie de l’ENS à Jourdan, il y séjournera en septembre 2020.

Clément Imbert vous propose un cours, Développement et Environnement, qui s’articulera en trois séances. La première discutera de la dégradation de l’environnement dans les pays en développement. La seconde présentera les politiques mises en oeuvre par les pays en développement pour protéger l’environnement et leurs limites. La dernière parlera du changement climatique, de ses conséquences probables sur les pays en développement et des stratégies envisagées pour y répondre.

Ce cours aura lieu du 21 au 30 septembre (3 séances de 2 heures)
Lundi 21 sept de 16h à 18h, salle R1-07
Marci 22 sept de 16h à 18h, salle R1-07
Lundi 28 sept de 16h à 18h, salle R1-08

Son bureau sera situé au département d’économie en R5-24

 

 

 

 

Professeurs invités 2020/20201

 

 

 

Arnaud Philippe est enseignant chercheur (lecturer) à l’université de Bristol au Royaume Uni. Ses recherches portent principalement sur la justice pénale, principalement abordée sous deux angles : les facteurs pris en compte dans les décisions de justice - effet des normes sociales, influence des médias, biais de genre ... - et les déterminants des comportements délinquants - effets de la socialisation délinquante, compréhension du système pénal, impact du marché du travail sur la récidive...

Chercheur invité au département d’économie de l’ENS à Jourdan, il y séjournera en deux temps en janvier (du 6 au 17 janvier) et avril 2020.

 Il donnera début janvier (les 9, 10 et 16 Janvier de 16h à 18h - salle R1-07, Campus Jourdan) un cours à destination des élèves de l’ENS sur l’économie de la criminalité.

 Son bureau sera situé au département d’économie en R5-24

 

   

Alex Bryson est économiste, professeur de Quantitative Social Science, au département de Sciences Sociales d l’University College London. Il est également fellow de l’IZA de Bonn et du National Institute of Economic and Social Research (NIESR) à Londres.

Alex est un des spécialistes mondiaux des relations professionnelles et co-éditeur d’une des revues cœurs du champ Industrial Relations. Ses travaux récents touchent à la rémunération des enseignants, au marché du travail des métiers de la santé, ou au rôle des syndicats dans l’implémentation des nouvelles technologies.

Chercheur invité au département d’économie de l’ENS à Jourdan, il y séjournera en deux temps en octobre 2019 et avril 2020.

Ses interventions en avril 2020 seront ultérieurement indiquées sur les sites economie.ens.fr et www.parisschoolofeconomics.eu

Les élèves et collègues intéressés par le rencontrer peuvent le contacter : https://iris.ucl.ac.uk/iris/browse/profile?upi=ABRYS65

Son bureau sera situé au département d’économie en R5-24

 

 

Novembre 2019

Anton Korinek (http://www.korinek.com/), professeur University of Virginia, sera exceptionnellement présent au département d’économie le 13 Novembre. Il vous propose un cours/conférence intitulé "The rise of the robots" de 13h à 16h en salle R1-07.

 

"Advances in artificial intelligence and automation have proceeded rapidly in recent years and have reached an inflection point that will have profound implications for the future of humanity. How does rapid progress in automation and artificial intelligence affect our economy and society ? This course analyzes the short- and medium-run implications for employment, economic growth, and inequality. It also studies the long-run implications of artificial intelligence rivaling human intelligence."

 

Venez nombreux ! (inscription souhaitée par mail à economie@ens.fr)

 

Septembre 2019

 

 Inauguration de la chaire invitée Abeona-ENS :

 

Intelligence artificielle et Justice

 

 

 

Dialogue entre le Dr Kate Crawford (chaire Abeona) et le Dr Daniel Cohen (Dépt d’Economie, ENS)
Éthique de l’intelligence Artificielle et Justice
Le Dr Kate Crawford, titulaire de la nouvelle Chaire de recherche en Intelligence Artificielle de l’ENS en partenariat avec la Fondation Abeona, débattra avec le Prof Daniel Cohen, économiste à l’ENS.
Mercredi 18 septembre 2019, 14h-16h, Amphithéâtre Jaurès, 29 rue d’Ulm, ENS

 

Juin 2019

Nuit Sciences et Lettres 2019

À l’arrivée des beaux jours, l’École normale supérieure vous invite en famille ou entre amis à La Nuit Sciences et Lettres avec conférences, débats, ateliers, spectacles et expositions sur le thème "Les origines". Des lettres, des sciences humaines et sociales en passant par les sciences et les arts, le concept des origines n’aura plus de secret pour vous !

 
Plus d’une centaine de propositions inédites et ludiques sur le thème des origines donnent la parole aux meilleurs chercheurs et intervenants français et étrangers : Daniel Cohen, Nadeije Laneyrie-Dagen, Nick Kaiser, Maria J. Esteban, Louis Dorso, Riad Sattouf... Le principe des conférences et débats ? 45 minutes top chrono pour partager et échanger avec vous sur des sujets aussi variés que l’origine des réseaux sociaux, l’origine des identités, les origines des cancers ou encore l’origine du monde.
 
Confortablement installés dans un transat en dégustant les bons produits de food trucks, les grands comme les plus petits pourront profiter des jardins et des lieux emblématiques de l’ENS, ouverts exceptionnellement au public.
 

Marchez sur les pas de Sartre et Pasteur lors de cette nuit de tous les savoirs !


Événement gratuit tous publics
+ d’infos >
http://www.nuit.ens.fr


Avril 2019

 

Journée d’étude sur le libéralisme - 11 Avril 2019 - Campus Jourdan - Organisée par les départements d’économie et de philosophie. Il s’agira de faire dialoguer économistes et philosophes autour de thèmes comme la montée des "populismes", l’illibéralisme, l’équilibre des pouvoirs, les principes de justice et les relations entre l’économie et la philosophie politique.

 

Visionner la conférence : ici

 

Programme : Nombreuses sont aujourd’hui les critiques du « libéralisme » et de ses « excès ». Egalement nombreuses sont les équivoques que l’on nourrit dès lors que l’on regroupe sous un même concept des phénomènes aussi différents que l’accroissement de la liberté commerciale, la libre circulation des personnes, la séparation et l’équilibre des pouvoirs ou le respect de certains droits fondamentaux. Or, en choisissant de privilégier une unité factice et en ne tenant pas compte de la diversité qui, dans les faits, caractérise les sociétés libérales, on risque de tirer le concept de « libéralisme » vers un horizon lointain dont l’indétermination tient plus de la caricature que d’une synthèse rigoureuse. Il est ainsi bien plus commode de discuter de « l’ultra-libéralisme » ou du « multi-culturalisme » que de s’interroger sur la part que le libéralisme économique et le libéralisme culturel devraient légitimement occuper dans nos sociétés. Ainsi, entre les dénonciations des « excès » du libéralisme d’un côté et leurs apologies respectives d’un autre, il s’agit de retrouver le chemin conceptuel d’une évaluation honnête des torts et des mérites de la société libérale. Sans rejeter par principe les nombreuses critiques de la société libérale, il faut encore s’interroger sur ce que celles-ci retiennent en définitive du système qu’elles prétendent abolir ou réformer.

 

 Cette journée d’étude poursuit simultanément deux objectifs : d’une part, dissiper certaines des équivoques suscitées par le terme de « libéralisme », d’autre part, éclairer la situation présente des sociétés « libérales ». Il s’agira pour ce faire de confronter les points de vue d’économistes et de philosophes sur des sujets aussi divers que la montée des revendications « illibérales », l’équilibre actuel des pouvoirs, les fondements des principes de redistribution, les relations entre le libéralisme économique et le libéralisme politique.

 

 

 

Panel 1 (9h30-11h) : La représentation dans les démocraties libérales. (P. Simon-Nahum)

 

  • Benoît Schmutz : Déterminants spatiaux de la mobilisation des « Gilets Jaunes ».

  • Martial Foucault  : La montée du populisme et l’effondrement du paradigme droite-gauche en France.

 

Panel 2 (11h30h-13h : Contestations du libéralisme politique. (F. Guénard)

 

  • Pierre Manent  : Etat libéral et gouvernement représentatif.

  • Philippe Raynaud  : Le pouvoir judiciaire en question.

 

Panel 3 (14h30-16h30 : Quels principes de justice pour les sociétés libérales ? (B. Manin)

 

  • Claudia Senik  : Attitudes vis-à-vis des inégalités.

  • Luc Foisneau  : Un paradoxe de l’égalitarisme libéral.

  • Vincent Descombes  : Théories libérales de la justice et raisonnement pratique.

 

Panel 4 (17h-18h30)  : Economie et libéralisme. (A. Cot)

 

  • Philippe Mongin  : La théorie néo-classique et la pensée libérale.

  • Gilles Saint-Paul  : Libéralisme, économie et utilitarisme.

 

 

 

 Contacts : Alexis Ghersengorin (PSE, a.ghersen@gmail.com), Thomas Zuber (ENS/PSE, thomasszuber@gmail.com).

 

Inscription conseillée economie@ens.fr

 

 

Deuxième Lundi de Jourdan le 15 avril, 18h, Amphi Jourdan

Ciné-Débat proposé par le Département Géographie et Territoires

Retour à Kinshasa en présence de Dieudo Hamadi

 

 

 

Mars 2019

L’homme et la technique, de la machine à l’algorithme.

 

 

Marion Goussé, professeur d’économie au département d’économie de l’université Laval (Québec, Canada) sera l’invitée du département d’économie du 7 au 24 Janvier puis du 11 Mars au 22 Mars. Ses sujets de recherche portent sur l’économie du travail et l’économie de la famille. En particulier, elle s’intéresse au mécanisme de choix du conjoint et au partage des ressources au sein des familles (revenus, consommation, temps de travail rémunéré et temps de travail domestique). Un de ses projets récents analyse l’effet du statut marital (cohabitant ou marié) sur l’offre de travail des femmes en couple au Canada.

 Lors de son premier séjour, elle vous proposera une présentation de ces concepts qui aura lieu le 8 janvier de 10h à 12h puis le 15 janvier de 10h à 12h en salle R1-07 dont voici un bref descriptif : La majorité des décisions économiques individuelles se prennent dans un contexte familial (consommation, offre de travail, investissement, achat d’un logement, fertilité …). Par conséquent, l’analyse du comportement individuel nécessite une attention particulière à la famille, à sa composition et à son organisation. L’objectif principal de ce cours est d’introduire les outils d’analyse économique de la famille pour comprendre les mécanismes de formation et de séparation des couples, de prise de décision au sein du ménage et de partage des ressources entre les conjoints (consommation, temps de travail rémunéré et domestique).

Cette présentation assez générale s’adresse à tous.

Marion Goussé se tiendra à la disposition des étudiants souhaitant la rencontrer. Son bureau situé sur le campus Jourdan sera le R5-31

 

Mai 2018

   

 

Conférence le 23 mai, ENS, salle des Actes, 45 rue d’Ulm 75005 Paris   

Enregistrement de la conférence ici  

 

  MAI 68 : UNE REVOLUTION DU DESIR ?

  Mai 68 s’est voulu une critique sociale du capitalisme, on en a retenu surtout sa critique culturelle. Les célébrations du mi-centenaire ont ravivé cette opposition qui fut pourtant vécue par ses acteurs comme complémentaire. Cette conférence pluridisciplinaire essaie, avec le recul, de faire le point sur cette controverse. 

 14.00 Ouverture (Daniel Cohen, Marc Crépon, Marc Porée).

 14.05. Littérature et arts

 Roland Béhar, L’Amérique latine et 1968 : sources de désirs, sources de douleurs

 Marc Porée, Le désir dans les lettres

 14.45. Une révolution sexuelle ?

 Agnès Grivaux, désir, sublimation et émancipation chez Marcuse et Adorno

 Perrine Simon-Nahum, Mai hors de mai : la sexualité au coeur de la politique

 15.25. Religions et familles

 Dominique Meurs, Egalité entre les femmes et les hommes : une révolution pas si tranquille

 Patrick Michel, 1968 et religion : Une révolution du croire ?

 16.05. Sortir de la société industrielle

 Philippe Askenazy, Ni robot ni esclave

 Daniel Cohen, Critique sociale et critique artiste revisitées

 16.40 Conférence conclusive

 Marc Crépon, l’invention solidaire de la singularité : l’esprit de mai 68.

 

 

Avril 2018

 Villes africaines

Compte-rendu à votre disposition en bas de page

 

 une urbanisation chargée d’histoire, chargée d’opportunités

 10 Avril 2018 – Campus Jourdan

 Amphithéâtre du Campus Jourdan, 48 bd Jourdan, 75014 Paris.

 programme PDF ici

 

  Ouverture10h30 

 Pourquoi et comment étudier les villes africaines ?

 Avec :

 Daniel Cohen, Directeur du département d’économie de l’ENS

 Camille Hémet, Économiste. ENS.

 Jean-Fabien Steck, Géographe. Université Paris-Nanterre.

 Serge Michel, Journaliste. Ancien rédacteur en chef du Monde Afrique.

 

Table Ronde – 11h30  

 Les villes africaines en mutation à travers les siècles

 Avec :

 Catherine Coquery-Vidrovitch, Historienne. Université Paris Diderot Paris VII.

 Hervé Gazel, Géographe. Université Lyon III.

 Lara Tobin, Économiste. Ministère de la cohésion des territoires.

 Animé par : Serge Michel, Journaliste. Ancien rédacteur en chef du Monde Afrique.

 Pause - 13h

 Table Ronde – 14h30 

 L’urbanisation africaine en pleine accélération : une opportunité pour qui ?

 Avec :

 Julia Bird, Économiste. Université d’Oxford.

 Irène Salenson, Urbaniste. Agence Française de Développement (AFD).

 Arthur Minsat, Économiste. Chef de l’unité Afrique du Centre de Développement de l’OCDE.

 

Table Ronde – 16h00 

 Scènes urbaines : arts et cultures dans les villes africaines

 Avec :

 Anna Cuomo, Anthropologue. EHESS.

 Pauline Guinard, Géographe. ENS.

 Didier Nativel, Historien. Université Paris Diderot Paris VII. 

 Pause - 17h30

  Projection– 18h00 NAIROBI HALF LIFE 

 Introduit et commenté par :

 Odile Goerg , Historienne. Université Paris Diderot Paris VII. 

 Film Kenyan de David Tosh Gitonga (2012). Durée : 1h36.

 « Il faut avoir du bagout et beaucoup de volonté pour ne pas se faire broyer à Nairobi, surtout lorsqu’on sort de sa cambrousse et que l’on rêve de devenir comédien.... » (Allociné) 

 « Mwas est un jeune homme de la campagne qui rêve de devenir acteur. Il monte à Nairobi, la capitale, à la poursuite de son rêve. Délesté de son argent et ses affaires, il se retrouve sous la coupe d’un chef de gang qui l’entraîne dans des actions criminelles. L’ambition d’être acteur l’habite toujours. » (Africiné)

 Journée organisée par le Départements d’Economie et le Département Géographie et Territoires de l’ENS.

  Programme proposé par Paul Brandily, Justine Knebelmann et Julien Migozzi.

 

 Novembre 2017

Alex Bryson, professeur invité au département d’économie du 16 octobre au 17 novembre.

Alex Bryson est professeur de Quantitative Social Science au département de sciences sociales de l’University College London. Il est associé à l’IZA de Bonn et au National Institute for Economic and Social Research où il était précédemment chef du groupe Emploi. Sociologue de formation, il est devenu un des plus influant économistes du travail européens. Ses nombreuses recherches portent en particulier sur l’évaluation des politiques publiques, les relations professionnelles, et les pratiques de management. Une partie de ses travaux étudie également les politiques éducatives. Il donnera le lundi 6 novembre à 13h à Jourdan, salle R2.01, une conférence sur une thématique d’actualité : "What Unions Do".

 

 Octobre 2017

Table ronde "The political economy effects of low oil prices in theMiddle-East"

 

 

le 30 octobre 2017 à 17h00, amphithéâtre, campus Jourdan : 

 

En savoir plus

 

 

 

Septembre 2017

Conférence pluridisciplinaire "La complexité des systèmes économiques". Cette conférence est organisée par les départements de physique et d’économie de l’ENS. Les 21 et 22 septembre, 48 boulevard Jourdan, 75014 Paris, Amphithéâtre.

 

 21 septembre
09h00 - Alan Kirman (ouverture)
L’économie comme système complexe : la crise économique
est une crise pour la théorie économique
10h00 - Marc Mézard
La rationalité limitée par la nature : quelques leçons
tirées de la physique du désordre
- - - 30 minutes de pause - - -
11h30 - Christopher Chamley
Changements soudains de régime en information incomplète
- - - Déjeuner - - -
14h00 - Jean-Michel Lasry
Complexité, cohérence collective et jeux à champs
moyens
15h00 - Jorge Kurchan
Physics teaches us that more complex than complex
is often simple again – but different
- - - 30 minutes de pause - - -
16h30 - Jean-Pierre Nadal
Modélisation épidémiologique des émeutes de 2005 en
France h mise en évidence de la propagation d’une
vague de violence contagieuse.

22 septembre
09h00 - François Gourio
Macroéconomie des évènements rares
10h00 - Ingela Alger
Evolutionary foundations of pro-social preferences
- - - 30 minutes de pause - - -
11h30 - Francesco Zamponi
Phase transition, ‘dark corners’, and policy experiments
in a simple macroeconomic agent-based model
- - - Déjeuner - - -
14h00 - Antoine Mandel
Formation et évolution des réseaux de production
15h00 - Giulio Biroli
Poised at the edge of stability : the many equilibria
phase of large interacting communities
- - - 30 minutes de pause - - -
16h30 - Isabelle Méjéan
Elements empiriques sur les “granular fluctuations

 

 

Avril 2017

Le revenu universel, entre utopie et pratiques

JEUDI 6 AVRIL 2017

 Cité universitaire, Maison de la Tunisie,

47 boulevard Jourdan, 75014 Paris

Organisé par l’ENS, le CEPREMAP, l’IPP et la Fondation Jean-Jaurès

 

Un revenu universel peut prendre de multiples formes en pratique, avec des impacts potentiellement différents sur les comportements des personnes concernées et les finances publiques. Plusieurs scénarios de mise en œuvre ont été analysés dans le cadre d’une étude en profondeur menée par le CEPREMAP et l’Institut des politiques publiques (IPP) sur les bas revenus en France, utilisant le modèle microsimulation TAXIPP, développé à IPP. Ces travaux, qui ont bénéficié du soutien financier de la Fondation Roger Godino, feront l’occasion d’une première présentation publique. En association avec la Fondation Jean-Jaures, une expérimentation grandeur nature d’un revenu de base est également prévue en Gironde, dont les modalités seront présentées dans ce colloque, qui rassemblera les principaux acteurs du débat. Retour ligne manuel

 14h : Accueil

Daniel Cohen, directeur du département d’économie de l’Ens et du Cepremap

Gilles Finchelstein, directeur général de la Fondation Jean-Jaurès

 

 14h15 : Bas revenus et revenu de base, chiffrage et effets redistributifs

Antoine Bozio, directeur de l’Institut des politiques publiques

Brice Fabre et Sophie Cottet, économistes à l’Institut des politiques publiques

Discutant : Thomas Piketty, professeur à l’Ecole d’économie de Paris et à l’EHESS

 

15h : L’expérimentation en Gironde

Jean-Luc Gleyze, président du Conseil départemental de Gironde

Denise Greslard-Nedelec, vice-présidente chargée de l’insertion

Lucile Romanello, économiste à l’Institut des politiques publiques

 

15h30 : Le revenu universel, utopies et pratiques

Julia Cagé, professeure d’économie à Sciences-Po Paris

Marc de Basquiat, président de l’Association pour l’instauration d’un revenu d’existence (AIRE)

Jean-Éric Hyafil, Mouvement français pour un revenu de base (MFRB)

Yannick Vanderborght, professeur à l’Université Saint-Louis - Bruxelles et professeur invité à l’Université catholique de Louvain (Chaire Hoover d’éthique économique et sociale).

 

16h45 : Repenser l’État-Providence

Maya Bacache, professeure à Télécom Paristech et directrice de la chaire travail de l’École d’économie de Paris

Bruno Palier, directeur de recherche CNRS, co-directeur du LIEPP (Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques)

Diana Filippova, éditorialiste, écrivain, connector du think tank OuiShare

Martin Hirsch, directeur général de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, ancien président de l’Agence du service civique

Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives économiques

 

 17h30 : Conclusion

Daniel Cohen

 Contact : catherine.bluchetin@ens.fr

 

Mars 2017

CONFERENCE PLURIDISCIPLINAIRE

30 mars 2017

LE BONHEUR, UNE POLITIQUE ?

Organisateurs : Daniel Cohen, Marc Crépon et Marc Porée 

12.30-13.15. Bonheur et bien-être : le cas français, par Elizabeth Beasley (Cepremap) et Claudia Senik (Cepremap et PSE).

Le Cepremap a lancé, en partenariat avec l’Insee, une nouvelle enquête sur le bien-être en France. Ce sera sa première présentation publique. Une enquête sur la nature et les causes du bonheur français. 

13.15-14.00. Administrer le bonheur par la loi, par Pierre Musitelli (LILA)

Des Meditazioni sulla felicità de Pietro Verri (1763) à Des délits et des peines de Cesare Beccaria (1764), « le plus grand bonheur du plus grand nombre » devient la formule décisive d’un programme de réforme politique et pénale. À l’occasion de la parution de l’ouvrage collectif Le bonheur du plus grand nombre. Beccaria et les Lumières (Lyon, ENS Éditions, 2017), nous reviendrons sur cette étape italienne de la pensée du bonheur comme fruit de l’« art » législatif, entre Hutcheson et Bentham.

14.00-14.45. Mal-être et vote extrême, par Yann Algan (Sciences po)

Une collaboration avec l’enquête électorale du Cevipof nous a permis d’analyser le rôle de la satisfaction dans la vie dans le vote FN. La perte de confiance dans les institutions est l’un des paramètres clés pour comprendre ce vote. Comment l’interpréter ?

15.15-16.00. L’idée de bonheur, entre utilitarisme et pragmatisme, par Mathias Girel (département de philosophie).

Les pragmatistes américains, et en particulier John Dewey, ont défendu une théorie morale et politique portant le nom de « méliorisme », et qui place au centre non pas le calcul des plaisirs ou le respect de règles, mais l’épanouissement des facultés individuelles et le bonheur que permettent les institutions humaines. L’exposé montrera en quoi il y a là une réflexion originale sur le bonheur, une correction des analyses utilitaristes à ce sujet, et une vision nuancée du progrès.

16.00- 17.15. Les origines du bonheur : quand et comment intervenir pour promouvoir une vie heureuse, par Andrew Clark (PSE)

Une étude menée avec la LSE, à paraître chez Princeton University Press, a étudié les enjeux pour la politique économique de la prise en compte des indicateurs de bien-être disponibles. En quoi cette approche renouvelle-t-elle les prescriptions habituelles des économistes ?

17.30- 19.30. Actualité critique (séminaire hebdomadaire ENS)

Restitution de la journée par Daniel Cohen, Marc Crépon et Marc Porée

Le film le bonheur d’Agnès Varda sera projeté le 4 avril par le ciné-club dans le contexte de la conférence pluridisciplinaire "le bonheur, une politique ?" du 30 mars.

 

 Divers

 

Fermée en 2019/2020  : Une nouvelle formation « Humanités et Management »

Ce nouveau cursus à BAC + 6 est porté par PSL, il est né d’une collaboration fructueuse entre l’ENS et Paris Dauphine. Il a été motivé par la volonté d’insérer dans le secteur privé, à un haut niveau de décision des étudiants à fort potentiel ayant suivi un cursus initial "lettres ou SHS", issus des institutions les plus prestigieuses de PSL (ENS, EHESS, EPHE…).

Cette formation « Humanités et Management » propose une année d’ouverture aux problématiques de l’entreprise, s’appuyant sur une pédagogie innovante, dépassant la classique « boite à outils » du manager pour s’ouvrir sur les grandes questions sociétales affectant l’entreprise.

Plus de renseignements, prendre contact avec laurence.vincent@ens.fr

Plaquette  

 

CEPR/IZA Annual Symposium in Labour Economics 2018 ; Paris, 20-21 September 2018

 

 
 

 

 

 

Camille Landais, ancien normalien, a reçu le prix du meilleur jeune économiste 2016. Plus d’informations...

Antoine Bozio, lauréat du prix 2017 du meilleur jeune économiste en savoir plus

Publications

 

 Ils sont philosophe, écrivain, neuropsychiatre, économiste, musicien, tous aventuriers dans leur domaine. À l’aune de leur spécialité, ils s’interrogent sur le bonheur sans jamais tomber dans les chaudrons des marchands d’illusions. Depuis les sagesses anciennes, le bonheur est la finalité ultime de la vie humaine. Cette quête est-elle une utopie ?Faut-il passer par l’action pour accéder à l’accomplissement suprême  ? Pourquoi la bonne santé économique d’un pays n’est-elle pas corrélée au bonheur de sa population ?A-t-on besoin de héros pour vivre mieux à travers eux ? Nous aident-ils à transcender le quotidien et sa morosité ?Existe-t-il un bonheur esthétique ?La nature, la poésie, la littérature, la musique et l’art peuvent-ils nous aider à trouver un sens à notre vie ?Obsédée par le bonheur, notre société l’associe à un idéal de perfection. Mais n’est-ce pas plutôt dans nos imperfections que réside le secret de la joie ? Autant de questions et de voies sur le bonheur auxquelles les auteurs de ce petit manuel alerte et passionnant tentent de répondre.

 

 Philippe Askenazy parle de son nouveau livre ici

  Tous rentiers ! - Pour une autre répartition des richesses     Pour en savoir plus ...

 

Philippe Askenazy, Aida Caldera, Guillaume Gaulier et Delphine Irac. Les contraintes de financement sont souvent présentées par les entreprises comme des freins à l’export. Pourtant, les pouvoirs publics déploient de nombreux dispositifs d’accompagnement et d’aides financières aux entreprises...Les contraintes de financement pèsent-elles sur les exportations françaises ?

Gilles Saint-Paul " Les relations sociales favorisent la rigidité du marché ".
Pour en savoir plus...

 

Novembre 2016

 Chers collègues, chers étudiants,

  Nous devons vous informer avec une très grande tristesse que le professeur Gérard Marcou, qui avait été, depuis sa création, l’âme de la Prép’ENA et en avait porté avec une énergie inlassable le développement et le succès grandissant, a succombé à une crise cardiaque, survenue lors d’un cours qu’il donnait à l’Université du Rosario à Bogota.

 

 Atteint par l’âge de la retraite, il avait quitté la direction du CIPCEA et de la Prép’ENA à la fin du mois d’août dernier, mais s’apprêtait à poursuivre son importante activité de juriste, internationalement reconnue.

 

 Pour ceux qui ont eu la chance de le connaître ou de suivre ses cours, c’était un professeur très attentif à ses étudiants, très humain, convaincu de l’utilité des carrières publiques, toujours soucieux d’en faciliter l’accès aux profils les plus ouverts, les plus variés sur le plan social, et sur le plan des parcours et des disciplines.

 

 Nombreux sont les étudiantes et les étudiants qui ont bénéficié de son dévouement et de son action au cours des années écoulées, ainsi que les collègues, et amis, qui le regretteront.

  Géraldine Chavrier et Arnaud Teyssier, directeurs de la Prép’ENA

 et toute l’équipe administrative

 

Octobre 2016

Au nom du département d’économie de l’Ecole normale supérieure, je ne peux que m’associer pleinement aux déclarations de Pierre-Yves Geoffard, directeur de l’Ecole d’Economie de Paris et de Luc Behaghel, directeur de l’UMR PjSE (dont les liens figurent ci-dessous).

Un débat scientifique de qualité ne peut avoir lieu que dans le respect intransigeant de la communauté des chercheurs qui l’anime. Nous ne laisserons pas le buzz médiatique se substituer aux procédures de recrutement et d’évaluation du CNRS et de nos Écoles. 

A titre personnel je souhaite renouveler ici à Philippe Askenazy et Andre Orlean l’expression de toute mon amitié et de mon soutien dans la controverse indigne dont ils sont les victimes. 

Daniel Cohen

 Communiqué de Pierre-Yves Geoffard ici

Information de Luc Behaghel ici

 

 

documents joints